Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog

Le blog

Menu
Interview de blogueuse #3 : Working Mama ou la "sac mania"

Interview de blogueuse #3 : Working Mama ou la "sac mania"

276849 199669000055551 4063212 nAprès avoir exploré La Penderie de Chloé, on retrouve cette semaine Julie du blog Working Mama dans le rôle de l’interviewée. Très inspirée par mes petites questions, cette geekette revendiquée nous livre des réponses détaillées qui je pense vont beaucoup vous amuser…

C-Qui Julie ?

Julie c'est une fille de 28 ans qui a une vie bien remplie parce qu'elle a monté sa boîte et que ce n'est pas un long fleuve tranquille! Mais ça va, elle kiffe, comme on dit. Elle fait des logos et des sites web, et puis d'autres trucs pour les entreprises. Elle habite en Auvergne, au pays des volcans. Elle a un amoureux, une grande famille. Pas d'enfants mais la question est en travaux (pratiques). Elle est sérieuse au boulot. Mais complètement déjantée à côté.

 

C-Quoi ton blog ?

Working Mama...c'est d'abord un espace d'expression, sous toutes ses formes et qui révèle toutes les facettes de ma personnalité. On y trouvera des articles ironiques, ou cinglants, ou drôles, ou incisifs. Mais aussi des réflexions sur des sujets beaucoup plus sérieux, traités de façon bien plus approfondie, parce que je suis une droguée de l'actu et des questions de société. Le monde qui m'entoure m'intrigue et me questionne. Comme j'ai toujours adoré écrire, WM est une sorte de carnet de route, complètement éclectique, un peu décalé, où je consigne toutes ces choses qui me font réagir, et avec lesquelles je vis au quotidien. Ensuite, c'est un espace de décompression. Quand on travaille en freelance, on bosse tout seul. En ce qui me concerne, c'est seule devant mon PC, avec la radio comme seule compagnie. Alors mon blog (et la page facebook qui lui est associée) me permet de sortir de cet isolement et de vivre mes journées de boulot comme si j'avais rencontré des gens à la machine à café. C'est un défouloir, en quelque sorte.

 

Es-tu une « Sac addict » ?

Je n'aime pas les sacs, je les sur-kiffe. Nuance. J'en ai....je ne sais même pas combien. Pas des sacs de grande marque (enfin si, un seul: un Sequoia, j'adore leurs collections), mais des sacs toujours originaux que je dégote soit dans des petites boutiques soit chez des créateurs. En toile, en cuir, en laine...je ne sais même pas combien j'en ai. Rien que cette année j'en ai acheté 5. Cela dit, ma passion des sacs n'arrive pas à la cheville de celle que je voue aux manteaux. Donc je te laisse imaginer la tête du placard de l'entrée.


sac.jpg

L'un de mes sacs "chouchou" du moment acheté sur A Little Market. Créatrice : Chipylène

 

It-bag à tout prix ou tes sacs, c’est pour la vie ?

Il y en a auxquels je tiens plus que d'autres...mais je suis plutôt coeur d'artichaut, faut avouer. J'aime changer selon mes tenues, mes humeurs du moment...je me lasse vite aussi. Donc hormis certains que je garde (et ce même si je ne les porte plus), le turn-over est assez intense. Mais c'est aussi parce que ce sont des sacs "sans valeur". Je me serais ruinée pour les payer, ils seraient certainement toujours là. Et puis, je ne peux raisonnablement pas tout garder: lors de mon dernier déménagement, j'ai constaté qu'une partie entière du placard de l'entrée était consacré à mes sacs. Donc de temps en temps, un petit tri, ça fait pas de mal.

 

Te souviens-tu du premier sac que l’on t’a offert ?

Oui. Au centre commercial à côté de chez nous, il y avait une boutique Lollipops. J'adorais ce magasin. Tout ce rose et ces tous trucs un peu décalés, ça me faisait délirer. J'avais littéralement craqué pour un modèle haut, bleu turquoise et vert anis, avec des rubans noirs tressés au milieu. Ma mère me l'a offert quand j'étais ado. C'était mon premier sac à main, je l'ai toujours. Mais il a tellement servi....il m'a suivi en cours pendant plusieurs années. Même au lavage, les traces noires de l'usure et de la vie parisienne de l'époque ne disparaissent pas et donc, je ne le porte plus.

 

Du premier sac que tu te sois acheté ?

Aucun souvenir. Il y en a eu trop !!!

 

As-tu déjà offert un sac ? Si oui, à qui ?

Non, jamais. Le sac est pour moi quelque chose de très compliqué à offrir car il faut qu'il soit adapté à sa destinataire. C'est comme les porte-monnaie : grand, petit, avec des poches, en tissu, en cuir...le choix d'un sac pour quelqu'un d'autre est difficile, car il faut qu'il soit adapté aux besoin de celle qui le porte. Donc j'évite ce genre de cadeau, par peur de me tromper et qu'il ne soit pas porté, ce serait dommage.

 

Petite fille, jouais-tu avec les sacs de ta maman ?

Je ne me rappelle pas. Mais j'imagine que oui dans la mesure où je jouais à m'habiller comme elle...donc le sac ne devait pas y échapper!

 

Qu’y a-t-il dans ton sac en ce moment ?

La question qui tue... Voyons-voir...mon téléphone, mon agenda, quatre ou cinq crayons, un bloc-notes, mon compagnon (le portefeuille hein, pas l'Autre), des bonbons (plus ou moins vieux, vérifier avant de consommer), un correcteur de teint Avène, généralement quelques tickets de caisse (si, tu sais, quand la caissière te le donne pile au moment ou tu as les bras qui vont tomber sous le poids de ton dernier plein de courses, que tu hésites à l'attraper avec tes dents et que finalement tu décides que le sac à main est encore l'endroit le plus adapté sur le moment). Un bouquin, souvent. Et puis des trucs complètement inutiles, qui changent selon mes activités du jour. Il est bien rempli quoi, pas de doutes là-dessus.

 

T’arrive-t-il d’être habillée comme un sac ?

Non, j'ai horreur de ça. Je l'ai fait quand j'étais ado et que je cachais sous des vêtements inadaptés toutes les choses qui ne me plaisaient pas. Mais aujourd'hui je fais attention à ma tenue vestimentaire. C'est d'autant plus important pour moi que je bosse à la maison et que le fait de prendre du temps le matin pour m'habiller et me préparer "comme si j'allais au bureau" me permet de bien délimiter ma vie privée de ma vie professionnelle. Les deux étant sous le même toit (mon bureau est au deuxième étage), le rituel de l'habillement est essentiel pour moi, sans lui je n'arrive pas à démarrer. Il faut que je me plaise dans le miroir.  Après, question styles, je change selon les situations, du très décontract' au très féminin, mais le look quotidien c'est plutôt jean, converses, joli haut et collier (TOUJOURS le collier. Nous sommes inséparables, mes pendouilles et moi).

 

Sac à puces ?

Un chaton...de deux mois et demi. Séparé de sa mère un peu trop tôt et qui du coup est un peu...comment dire...agité? Parfois on croirait avoir 15 chats dans la baraque, mais en dehors de ça, il est sympa...

 

Sac de voyage ou sac de couchage et sac à dos ?

Sac de couchage et sac à dos, la plupart du temps. J'ai été élevée par des accrocs au camping, ils nous ont transmis le virus!

 

Déjà prise la main dans le sac ?

Et pas qu'un peu. En seconde, pour une raison qui m'échappe, je m'étais mise à piquer des CD à la FNAC. Au 13ème ou 14ème, je me suis fait pincer, bien entendu. Je ne comprends pas, ma technique était pourtant très au point!

 

L’affaire est dans le sac ?

J'ai monté ma boîte, et elle tourne suffisamment pour me donner un salaire meilleur que quand j'étais salariée à temps plein. Alors que je bosse toute seule, et que je suis autodidacte dans le secteur. Donc oui, ça, j'en suis très fière. Bon, faut voir que je travaille près de 80 heures par semaine aussi, on n'a rien sans rien. Mais tout de même. Pour me récompenser je m'offrirais bien un sac tiens.

 

Vide ton sac !

Les gens pincés m’énervent, ceux qui s'offusquent du moindre mot politiquement incorrect. On vit dans un monde dégueulasse, passez-moi le mot, avec des injustices terribles, des politiques véreux, et un avenir bien noir, à tel point que c'est à se demander des fois si ça vaut vraiment le coup de faire des gosses pour leur offrir ça. Alors si en plus on peut même plus rigoler...tout fout le camp ma bonne dame.

 

As-tu plus d’un tour dans ton sac ?

Oui, j’ai une anecdote sympa (politiquement incorrecte, mais c'est ma préférée...). Il y a quelques années, j'ai subi une intervention chirurgicale assez lourde, sous anesthésie générale. Ma mère était avec moi. A cette époque, en soirées avec mes copains, on fumait du cannabis (pas bien). Quand je me suis réveillée de l'anesthésie, j'étais complètement azimutée. Ma mère m'a demandé comment je me sentais. Je lui ai répondu sans m'en rendre compte "que j'avais l'impression d'avoir fumé 4 joints chez Nanou". Sur le coup, elle n'a rien dit, j'étais incapable de discuter de toute façon, le réveil me faisait complètement délirer. Une fois sorties de l'hôpital, elle m'en a reparlé mais je crois que le contexte de l'annonce m'a épargnée une sévère punition. Au lieu de ça, on en a discuté calmement. Et j'ai arrêté!

 

Merci Julie pour ces réponses hyper spontanées… Je crois quand même que j’aimerais beaucoup voir la tête de ton placard d’entrée !